ODALISQUE ETRUSQUE

IMG_20150618_230906 - Copie (1)

A l’ère des rentrées littéraires saturées, des routes éditoriales barrées par les obligations de la médiatisation à outrance, il ne se pose même plus la question pour l’écrivant de trouver un éditeur. La vraie question à laquelle il faut répondre est de savoir si l’on a quelque chose à dire et à qui. Le pire serait d’abandonner et de laisser un manuscrit dans un tiroir ou dans le fin-fond d’un blog corseté par une kyrielle de mots de passe ne laissant filtrer qu’une confidentialité qui n’a plus rien à voir avec la création littéraire : l’écrivant est un passeur de mots, de sensations, de sentiments, d’impressions.

Il est donc grand temps de remettre sur le métier le travail de correction de l’Odalisque étrusque, de le peaufiner, le bichonner, le parfaire et de la faire naître !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s